Union pour l’enfance

Protéger l’enfant, faire éclore l’adulte.

Au service des enfants et des familles vulnérables depuis 135 ans

NOTRE Histoire

En 1887, Pauline Kergomard et Caroline de Barrau, deux femmes engagées et pionnières dans la protection de l’enfance, créent l’Union pour le sauvetage de l’enfance pour localiser les enfants en danger potentiel, étudier leurs conditions de vie et, si la situation l’exigeait, en assurer le « sauvetage ».

Pauline Kergomard devient institutrice à 18 ans. Inspirée par Marie Pape-Carpantier, pédagogue et féministe française, Pauline Kergomard est à l’origine de la transformation des salles d’asile, établissements à vocation essentiellement sociale, en écoles maternelles, formant la base du système scolaire actuel.

Pauline Kergomard introduit notamment le jeu, qu’elle considère comme pédagogique, et les activités artistiques et sportives. Elle prône une initiation à la lecture, à l’écriture et au calcul, avant cinq ans. Elle s’oppose toutefois à la tendance de l’époque qui veut faire de ces écoles des lieux d’instruction à part entière, s’attachant plutôt favoriser le « développement naturel » de l’enfant. C’est lorsque Jules Ferry devient ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts en 1881, qu’elle impose officiellement la création des écoles maternelles, dont elle demeurera l’inspectrice générale pendant 36 ans de 1881 à 1917.

Caroline de Barrau de Muratel a été quant à elle la directrice de l’Œuvre des libérées de Saint-Lazare. Auteur de plusieurs ouvrages sur la condition des femmes et celle des enfants, elle s’est fait connaître pour son action patriote remarquable lors de la guerre franco-allemande de 1870 lorsqu’elle transforma son château du Montagnet en hôpital de campagne pour soigner quarante blessés qu’elle était allée chercher elle-même sur les champs de bataille de la Loire.

NOS FONDATRICES

Caroline de Barrau

Caroline de Barrau

1828 - 1888

Pauline Kergomard

Pauline Kergomard

1838 - 1925

Le 24 juillet 1889, l’entrée en vigueur de la loi Roussel sur la déchéance de la puissance paternelle marque un tournant décisif dans la lutte contre la maltraitance infantile. L’Union pour l’enfance devient la première organisation en France à exercer la tutelle des enfants en vertu de cette loi.

Très vite l’association devient donc un acteur majeur de la protection de l’enfance et sera reconnue d’utilité publique dès 1891. De la fin du 19e siècle jusqu’à nos jours, des personnes renommées vont se succéder à la présidence de l’association, parmi lesquels on peut citer Jules Simon (18881896), Gaston Doumergue (19321937), Paul Valéry (19411945), La maréchale de Lattre de Tassigny (19521955), Robert Debré (1955) ou encore François Seydoux (19701982).

En 1919, Georges Cahen, haut fonctionnaire français, et son épouse Madeleine sont venus en aide aux enfants en souffrance en France et à l’étranger en créant le comité Français de Secours aux Enfants (reconnue d’utilité publique en 1951). Intervenant sans discontinuer en Espagne, en Finlande ou encore en Algérie, le comité a également engagé une action renforcée tout au long de la Seconde Guerre mondiale.

En 2010, l’Union pour le sauvetage de l’enfance et le comité français de secours aux enfants unissent leurs forces, leurs ressources et leurs moyens et créent l’Union pour l’enfance, aujourd’hui forte de 14 modes d’action en protection de l’enfance, soutien aux parents, insertion des jeunes et formation des professionnels.

Depuis 2021, l’Union pour l’enfance ouvre la possibilité à des associations de rejoindre son aventure éducative en proposant une adhésion sur la base de sa charte des 6 A (link to  valeurs-vision) pour répondre à plusieurs aux défis éducatifs de ce 21e siècle. Deux associations ont adhéré et apportent aujourd’hui leur approche complémentaire à l’Union pour l’enfance : Visages d’Espoir et Afocal Pays de la Loire. En tant qu’adhérentes, ces associations, dont la gouvernance demeure indépendante de celle de l’Union pour l’enfance, peuvent se revendiquer “membre de l’union pour l’enfance”.

1959 : déclaration des droits de l’enfant adoptée par les Nations Unies.

1989 : les Nations Unies adoptent la convention internationale des droits de l’enfant

Le 20 novembre : journée nationale de défense et de promotion des droits de l’enfant

Les Grandes Dates De l’ufse et la Naissance de

ils s’engagent à nos côtés

Nos mécènes